10e « Global Peter Drucker Forum » au Palace Hofburg de Vienne, les 29 et 30 novembre 2018.

« Ne vous attendez pas à obtenir des réponses simples. Mais attendez-vous à être inspiré. »  Richard Straub

Prendre en compte la perspective humaine : telle est la priorité de l’agenda fixé pour les managers internationaux et les penseurs du management lorsqu’ils se rassembleront pour le 10e « Global Peter Drucker Forum .

Je serai présente et j’ai vraiment hâte de découvrir et d’entendre ce que les experts ont a dire sur ces sujets, à savoir :

  • Comment les entreprises doivent elles réagir à la vertigineuse digitalisation et les changement sociaux qui l’accompagnent ?
  • Comment peut-on valoriser le potentiel humain pour le bien futur de la société ?
  • Que peuvent et doivent faire les managers pour s’assurer que cela se produise ?

« Management : la dimension humaine » est le thème, cette année, du Peter Drucker Forum qui, depuis une dizaine d’années, est devenu LE principal rassemblement des leaders et professionnels du management.

« Que feraient les robots si les humains prenaient le contrôle? » * La question posée par Shagun Tripathi lors du Global Forum Peter Drucker 2017 soulève un problème fondamental. Cela nous incite à nous rappeler que l’économie, la technologie, les entreprises et le gouvernement ne sont pas donnés – ils sont façonnés par le choix humain.

Cependant, cela nous oblige également à reconnaître que la perspective humaine a été de plus en plus marginalisée dans notre façon de penser et de définir les relations entre la technologie et la société, laissant le potentiel le plus précieux, le plus humain, le plus sous-exploité et le plus humain possible.

« Reprendre » signifie façonner activement les organisations de l’avenir et adopter un état d’esprit différent: les dirigeants du XXIe siècle devraient-ils devenir aussi compétents dans la compréhension de la dimension humaine que dans la compréhension des dernières découvertes scientifiques, technologie ou technique de gestion? Doivent-ils être capables de concevoir les défis différemment et de poser des questions différentes? Au mieux, devrions-nous gérer plus activement la création de notre propre avenir ?